résumé du projet criticareguide©

Le projet criticareguide© a comme finalité de répondre, en tout point du globe, à la question :

« A quel niveau de performance puis-je estimer mon environnement sanitaire

si je suis victime d'une pathologie médicale critique ? »

Bande site Internet 2.png
les données du problème
 
LES URGENCES MEDICALES CRITIQUES ?

Elles correspondent aux situations et pathologies qui auront des conséquences vitales ou fonctionnelles en l’absence d’une prise en charge rapide :

  • Arrêt cardiaque

  • Infarctus du myocarde

  • Accident vasculaire cérébral (AVC)

  • Accident allergique

  • Traumatisme sévère

  • Détresse respiratoire

  • Pathologies vasculaires (dissection aortique, embolie pulmonaire, ...)

  • Accident en plongée…

LE PRONOSTIC VITAL

Le pronostic des urgences médicales critiques est étroitement corrélé à l'environnement sanitaire et à la réactivité des différentes composantes. Il dépend donc :

  • Des intervenants sur place : secouriste(s), infirmier, médecin qui pourront entreprendre les actions salvatrices , chacun à son niveau de qualification, en attendant les secours

  • De la proximité des secours institutionnels : équipes secouristes, paramédicales, équipes médicales de réanimation (SAMU/SMUR), hélicoptères

  • De la proximité des centres spécialisés dans le traitement de pathologies spécifiques : accident vasculaire cérébral (unités neurovasculaires), infarctus du myocarde (unités d'angioplastie coronarienne), traumatisme sévère (centres de traumatologie...)

  • Des conditions aérologiques (météo, nuit) permettant ou non l’engagement d’hélicoptères médicalisés et l'évacuation

LES OUTILS D'ANALYSE

Aucun outil précis n'existe actuellement

en dehors d'évaluations rudimentaires ou qualitatives !

En France, la promesse du Président de la République en 2012 de « fixer un délai maximum d'une demi-heure pour accéder aux soins d'urgence » est suivie en 2015 des travaux (« diagnostic d'accès aux soins urgents ») des services de l'Etat : près de 4 millions de personnes, soit 6 % de la population, résident à plus de 30 minutes d'un service d'urgences ou d'un SMUR (structure mobile d'urgence et de réanimation) fin 2015 en France (hors Mayotte).
Prise en charge urgences médicales

Carte des zones à 30 mn d'une structure d'urgence par la route

(outil Hoscare – Altense Consulting, article Hospimedia 03/2017)

Cette évaluation s'appuie sur des données sommaires
  • Le temps de ralliement d'un SMUR OU d'un hélicoptère médicalisé OU d'un médecin correspondant SAMU (MCS).
  • OU le temps pour rallier le plus proche des services d'urgences.

Ne sont ainsi pas pris en compte :

  • La proximité et la disponibilité des acteurs intermédiaires ou « avant-coureurs » : secouristes, infirmiers

  • La qualification des échelons : une équipe secouriste ou paramédicale n'ont pas le même impact sur le devenir qu'une équipe médicale, les médecins correspondants ne sont pas des SMUR

  • Les variations horaires de disponibilité des moyens

  • Les aléas aérologiques entravant les missions aériennes

  • Les évacuations directes vers des services spécialisés pour le traitement de pathologies spécifiques (infarctus, AVC...)

POURQUOI ANALYSER ?

L'intérêt d'une analyse précise est multiple et peut concerner particuliers, professionnels ou institutions

Les particuliers

Chacun, fragile ou simplement soucieux, peut souhaiter connaitre, avant un déplacement, la qualité de l'environnement sanitaire :

« En combien de temps serai-je secouru – et par qui ? – si je suis victime d'un accident médical sévère

et à quelle distance se situent les hôpitaux dédiés spécifiquement à mon problème ? »

« Mon enfant, allergique sévère, part en colonie de vacances. Quel professionnel le prendra en charge

et dans quel délai s'il présente une détresse vitale ? »  

« Je suis sportif de l'extrême, je sais que mon risque d'accident n'est pas nul.

De quoi suis-je entouré en cas de pépin ? » 

Les professionnels et institutions

  • Quelles informations fournir sur les prestations sanitaires in situ et le tissu territorial de secours et de soins ?

  • Comment analyser le risque et les conséquences de délais de prise en charge variables ?

Une évaluation objective va pouvoir concerner : 

  • Le secteur du tourisme et du thermalisme

  • Les établissements recevant des personnes en situation de fragilité

  • Les sites industriels

  • Les compétitions sportives

  • Les territoires, départements, pouvoirs publics

  • Les assurances, cabinets d'analyse de risque, mutuelles

notre démarche
 
DEVELOPPEMENT D'UN OUTIL D'ANALYSE

L’idée s'est imposée de proposer une notation, à l’identique de ce que les sites de référencement touristique offrent pour les prestations hôtelières

Il fallait rendre dans un modèle mathématique la complexité d'une prise en charge minutée, de l'intervention du premier secouriste au traitement ultime dans le centre hospitalier adapté à la pathologie concernée.
 

Le résultat de cet algorithme est un « INDICE DE QUALITÉ » qui intègre toutes les complexités du sujet, à partir de notre expertise métier. Un outil où chaque seconde compte et où la qualification de l’intervenant a une importance primordiale

Chaine des secours 4.png

L'indice criticareguide© de qualité de la chaine sanitaire

Notre indice rend une évaluation chiffrée sur une échelle décroissante de 100 à 0 :

  • 100 : disposition optimale, accident survenant à la porte de la salle de traitement ultime

  • 0 : absence de tout soin pendant 40 heures (points extrêmes du globe : expédition en zone désertique, embarcation au milieu de l’océan…).

Outre une notation globale, il permet d'étudier séparément des phases de la prise en charge :

  • Des seules prestations locales (secouriste, infirmier, médecin...) d'un site

  • Des seuls secours institutionnels extrahospitaliers

  • Du seul maillage hospitalier

Il peut également analyser un thème particulier : prise en charge de l'infarctus du myocarde, de l'accident vasculaire cérébral, etc.

APPLICATION AU TERRITOIRE METROPOLITAIN FRANCAIS

L'indice criticareguide© a été appliqué aux 32 400 communes concernées, à partir des données récoltées en ligne concernant les 6 000 structures concourant à l’urgence (pompiers, équipes SAMU/SMUR, hélicoptères et établissements hospitaliers), en calculant à partir de chaque commune les meilleurs temps de route.

Certaines données nécessitent encore une mise à jour (notamment : unités neurovasculaires, centres de traumatologie, VLI SDIS, MCS), ce qui sous-évalue un certain nombre de résultats.

 

Pour une meilleure lisibilité, il est calculé une note de :

  • 0 = indice 75 %

  • à 20 = indice 97 %

Une note inférieure à 10 (indice < 86 %) définit un désert médical « Urgences », concernant 6 à 8 % de la population.

2020-03-08 Carte France Criticareguide 8

ETUDE CRITICAREGUIDE : oasis et déserts médicaux « URGENCES » du territoire métropolitain français à l'échelle des 35 700 communes

Le système de secours et soins repose en partie sur les hélicoptères projetant au plus près des équipes médicales. Or ces moyens peuvent être rendus inopérationnels par des conditions aérologiques particulières, compliquant l'accès à certaines zones.

Les deux cartes ci-dessous mettent en évidence l'extension significative des « déserts médicaux urgences » lorsque les seuls moyens terrestres sont disponibles, concernant alors une population deux fois supérieure.

2020-02 B-Carte France Criticareguide -

Hélicoptères opérationnels

2020-02_Carte_France_Criticareguide_-_Co

Hélicoptères non opérationnels

CORRELATION AVEC LA SURVIE

Nous avons rapproché, à partir d'une base de données départementale de 2 500 arrêts cardiaques, l'indice de chaque commune à la survie moyenne des patients. La corrélation parait forte, plus que les seules proximités géographiques des moyens étudiés seuls.

Des travaux permettant de valider cette première appréciation, restent nécessaires.

Courbe survie ACR Var indice Criticaregu
la suite du projet
 

Elle passe inévitablement par :

  • La mise en place d'un comité scientifique et de travaux validant l'approche

  • La poursuite de la collecte des données manquantes pour le territoire national en s'appuyant sur les référents départementaux

  • La définition précise du ou des « besoin(s) utilisateur(s) », des interfaces et expériences adaptés

  • Le développement de partenariats permettant de développer les outils numériques service web d’information (cf. maquette proposée par les liens dédiés sur cette page) sur les moyens institutionnels ou sites privés, cartographies, voire interface de programmation applicative (API)

2020-12-28 Screen service web - Site tou

pied-de-page